Brest, port des records
#Records #Atlantique #TropheeJulesVerne
#TourDuMonde #Solitaire #Equipage
L'actus des records

Sébastien Josse : « Savoir voler, mais aussi ne pas voler »

A deux mois de la mise à l’eau de son futur bateau, le Maxi Edmond de Rothschild, un « géant » de 32 mètres de long pour 23 mètres de large, Sébastien Josse, met en lumière les formes et les paris architecturaux concernant sa future machine. « C’est un véritable défi de voler dans une mer de 1,50 m, car il faut trouver la stabilité. Peut-être qu’au-delà de 2,5 m, il faut arrêter de voler et repasser en mode archimédien pour être rassuré et, surtout, ne pas aller au-delà de ses limites. Suite à nos essais et à nos années de navigation sur Gitana 15, nous savons qu’une plateforme très raide est indispensable pour un bateau volant ou semi-volant. Nous savons également que le volume des flotteurs doit être assez important pour le passage dans la mer, d’une part, parce que cela garanti une certaine sécurité et, d’autre part, parce que cela permet d’encastrer les foils. Pour voler, ces derniers ont besoin d’être très grands. Il est, en effet, nécessaire d’avoir un grand pied de levier entre la cale haute et la cale basse pour maintenir les efforts générés pendant le vol », a indiqué Josse dont le Maxi en chantier présente des carènes résolument planantes, agressives et novatrices, bien éloignées de celles connues sur les multicoques océaniques actuels, mais aussi les dernières avancées architecturales et techniques en termes d'appendices, avec des safrans en T et des foils en L. « Ça se rapproche beaucoup des carènes que l’on a pu voir lors de la dernière Coupe de l’America. Team New Zealand, notamment, avait des carènes très étroites, ce qui permettait de diminuer la trainée, mais aussi des fonds très plats, ce qui permettait de générer énormément de portance, et donc d’élever le bateau dans les phases de décollage », a indiqué, pour sa part, Antoine Koch, responsable du bureau d’études du team. « Ça peut faire gros, mais c’est rassurant. Si demain, je me retrouve dans une dépression, je saurais que le bateau correspond à mes choix. Il sera raide, sans doute pas très confortable, mais il sera marin> », a conclu Sébastien Josse.